Reminder/ Rappel

If someone trying to be happy grow in you a sort of darkness; work on yourself. The problem is not them nor their life choices that are different from yours. It is your injured selflove who doesnt like to be waken up.

S.

………………..

Si une personne essayant d’être heureuse fait grandir en vous une forme de noiceur; travaillez sur vous même. Le problème n’est pas des autres et de leurs choix qui différent des votres. C’est votre amour propre blessé qui n’aime pas être réveillé.

S.

We accept the love we think we deserve/Nous acceptons l’amour que nous pensons mériter.

(Français en dessous)

Why is it that whenever there is a person leaving our life, even if that person was toxic and her departure is good news, we feel sad instead of grateful?

 We accept the love we think we deserve.

No matter if it is in a relationship, friendship, work, family, people not wanting good for us but wanting good from us are everywhere and will always be around.  

By toxic I do not mean those people who does not give you what your heart want because they cant. I mean those people who have such a bad inner energy or no good real intentions that it wakes you up at 4 in the morning, breathless. 

Inner peace suckers and selflove cancers.
 I think part of us are so used to their suffering that living without it brings a scary grief. When we get attached to our suffering, victimise ourself, we become our suffering. Letting go of it makes us feel like we are losing a part of our identity, therefore we need to move forward to the unknown.

I think this is the part most of us fear. We have done it many time. And most of the time when looking at the past  we are happy we did the big step to move forward. But still, when time comes to do it again, we often freeze. 

In the physical health point of view, people are often not listening to their bodies. I say we get so used to our signs of toxicity, that we live with them instead of making life habbits changes. Then when the disease strikes, we put triple efforts, if we have some energy left and ask why is this happening to us. 

Same happens to our emotional health. We accept some situations instead of taking control of it. And when pain strikes, we need to put triple efforts to heal. We accept struggle.

I work under the rule of : Choosing healthy is choosing selflove. We do not choose our genetics,we have made choices that brought us no good, but here and now we are giving the great opportunity of making new choices again and again to get better, to be the best we can be.

Unhealthy relationships are part of a choice. We are aloud to say NO to it. We might like a part of these relations. But no little bright moments are worth lack of selfrespect. 

Leave this job that make you cry when you have to punch in. Stop begging for people’s friendship. Stop waiting for your family’s approval. Stop keeping the door open for that bad boy and then wait at the doorstep for him to come back after he has stabbed you in the chest several times. Because he will come back. They will all come back to see if they forgot a piece of you.

(It is all your job to not see everything all black or all white in my writting, not mine.)

Grief and let go.

We accept the love we think we deserve.

————————–

Pourquoi lorsqu’une personne quitte notre vie, même si elle était toxique et que son départ est une bonne nouvelle, nous ressentons de la tristesse au lieu de la gratitude?

 Nous acceptons l’amour que nous pensons mériter.

Peu importe qu’il s’agisse d’une relation amoureuse, amitié, emploi, famille, les gens qui ne nous veulent aucun bien , mais qui veulent du bien de nous sont partout et seront toujours partout. 

Par toxique, je ne parles pas des gens qui ne nous donnent pas ce que notre coeur désire parce qu’ils peuvent simplement pas. Je parles des gens qui ont une énergique si mauvaise et aucunes réelles bonnes ntentions que cela nous réveille sans souffle à 4h du matin.

Des vampires de la paix intérieur et des cancers de l’amour propre.
 Je penses qu’une part de nous sont tellement habitué à nos souffrances que vivre sans elles emmènent un deuil effrayant. Lorsqu’on s’attache à nos souffrances, on devient victime,on devient  notre souffrance. Laissez aller nous donne l’impression de perdre une lartie de notre identitée et nous devons avancer dans l’inconnu.

Je pense que c’est la partie qui nous fige. Nous l’avons fait à mainte reprises et souvent, en regardant en arrière nous sommes heureux de l’avoir fait. Quand vient le temps de le refaire nous figeons quand même.

Du point de vue santé physique, les gens n’écoutent pas leur corps. Je dis qu’on devient si habitué aux signes d’intoxications que nous vivons avec au lieu de faire des changements d’habitudes de vie. Quand la maladie frappe, nous devons mettre triple d’efforts s’il nous reste de l’énergie et nous nous demandons pourquoi cela  nous arrive.

Le même évènement arrive dans notre santé émotionelle. Nous acceptons certaines situations au lieu de prendre le contrôle. Quand la douleur arrive nous devons mettre triple d’efforts pour guérir. Noud acceptons la souffrance.

Je travaille sous la loi de : Choisir la santé c’est choisir de s’aimer. Nous ne choisissons pas notre génétique, nous avons fait des choix qui ne nous ont emmenez aucuns bien, mais ici et maintenant nous pouvons faire de nouveaux choix pour aller nieux et être à notre mieux.

Les relations non saines font partie d’un choix. Nous pouvons dire NON. Nous aimons peut-être une partie de ces relations, mais aucuns petits moments de clartée vaut un manque de respect.

Laissez ce travail qui vous fait pleurer quand vient le temps de commencer. Arrêtez de supplier les gens pour leur amitié. Arrêtez d’attendre pour l’approbation de vos familles. Arrêtez de garder une porte ouverte pour un mauvais gars et d’attendre sur le balcon qu’il revienne après vous avoir poignardé dans la poitrine à plusieurs reprises. Car il va revenir. Ils vont tous revenir voir s’ils ont oublié un morceau de vous.

( c’est votre travail de pas tout voir ce que j’écrit en noir ou en blanc, pas le mien…)

Vivez votre deuil et laissez aller.

Nous acceptons l’amour que nous pensons mériter.

excerpt 10/extrait 10

20161213_164957.jpg

You stared at me like you never saw me before
And it felt like a forbidden fruit offered by a snake
Your accent tasted like a sweet wine
But I didn’t call you.

You came for me.
You came differently.
No cold after moment.
Full of blankets and of do you want some water
No cheap kisses on the cheeks.
Real French kisses with a mouth full of tongues
You felt real.
You sounded true.
And you left like a real man.

I almost believed
You had read my mind.
But,
Before you blinked
I was a gone for good woman.

Excerpt 9 / Extrait 9

 

need-some-winr »- Do you feel lucky? You travel, you are an actor, you speak many languages…
I asked, Holding my coffee with 2 hands.
Trying to not focus on the song,
I heard before, but had forgotten the lyrics.
– I chose to be lucky. It is all about  the choices you make.
He replied with a briton accent and an angel smile.
-(Then I guess I chose to meet you, stranger)
,I thought. »

Soulmates theory/Théorie des âmes soeur.

article

 

(VERSION FRANCAISE EN DESSOUS)

There is this theory existing, that we have more than one soul mate. And that  »soul mate » does not mean the  »one and only forever ».

And Falling into the process of accepting that theory can be so much joy and so much pain at the same time.

With years, my love have been shredded and spread. It swam across the four oceans. It flew above every continents. Like I have been giving pieces of it for every corner of this universe. And still I feel my heart beat in my veins.

Joyfully and Painfully.

Giving different kind of love every time. Friendship love. Grown up love. Passion love. Childish love. Teenage love. One time impossible love. Physical love. Non physical love. Love in a glance. But never a half love. You can’t give halfway when you feel things the full way.

Joyfully and Painfully.

And it is magical to know that you have the capacity of being in a full moment. To truly love, even if you know you won’t be IN love. Not ever or not once you wake up, mascara leaked and hair messed up. Knowing your heart will still be free to run forward the next day and love again someone else, in another true way,  another time, until you get in love, if you let it happen.

People are sometimes mistaking this with bad behaviors. Especially when you love in the physical way. People think it is about numbers, dates, how many people did you kiss, how many people came inside of you? How many people did you flirt with?

If these are the questions that matters for the people you loved, well then screw them. It is not about them. It is about you. You don’t need anyone’s permission to feel the love. And it is not your job to make them understand that loving and being in love are two different things.

I think what matters in the end is not how many people slept on your pillow. But how many made you smile in the morning ? How many of them made you a coffee and covered your cold legs with a grey shaded blanket? How many times did you ask how they wanted their eggs? How many of them kept playing in your hair even after you decided to say yes, or even if you said no?  How many of them have you thought of taken news afterwards?

How many of them do you remember the exact moment you decided to  give the OK to your heart. The ok so it beats a little faster for that night?

I do remember and could describe, one by one, details by details what made me fall for every person I have decided to love, physically or not. I can tell if it was a cheeky smile, deep brown eyes, a specific face expression, the first time I heard them try to speak and laugh at the same time or a simple word perfectly spoken.

And most of all; how many of them made you grow in some way?

That is how you know you didn’t completely go wrong, no matter if it ended into a war relationship, with hate and bad memories, if ended into a friendship that time took away, or if it ended in a fulltime silence, overseas, in a cup of tea, into green sceneries, somewhere in europe, on a island down under, on the other side of a futur wall or in a boho commune somewhere between Asia and Africa.

It would be lying to say that it does not hurt, at first and at time, just like any time our heart feels high and has to come back down. It sometimes gives the same impression that we get when our brain runs full speed and hits a wall.

Goodbyes are never easy, even when they are mandatory and necessary. Accepting that someone moves on, or even you, telling someone you must move on. That stuff in painful as fuck.

Especially if you tried to make something out of what it was not.

But once you accept that theory you start feeling grateful for the encounters you had, the experiences you shared, the conversations you spoke/scream/sang, and sometimes the kisses you will never find again. Regardless if it mattered for the other person. Regardless what people think of it and regardless of the way it ends up.

Love your different soul mates the way you feel it right, friends or lovers, and then set them free. Just like you are aloud to set yourself free too.

——————————————

Il existe une théorie, que nous avons plus qu’un âme sœur. Et qu’âme sœur ne veut pas dire  »le seul et unique pour la vie ».

Tomber dans le processus d’acceptation de cette théorie peut être tellement de bonheur et de souffrances à la fois.

Avec les années, mon amour à été déchiqueté et étendu. Il  a nagé à travers les quatre océans et a volé au dessus de tous les continents. Comme si j’ai donné une pièce de mon amour pour les quatre coins de l’univers. Et pourtant, je sens toujours sentir mon cœur dans mes veines.

Joyeusement et douloureusement.

En donnant un type d’amour différent chaque fois. Amour amical. Ami adulte. Amour passionné. Amour enfantin. Amour adolescent. Amour impossible d’une fois. Amour physique. Non physique. Amour en un regard. Mais jamais un amour à moitié. Tu ne peux pas donner à moitié quand tu ressens pleinement.

Joyeusement et douloureusement.

Et c’est magique de savoir que l’on a la capacité d’être dans un moment présent. D’aimer réellement, même si l’on sait que nous ne serons pas EN amour. Jamais, pas une fois que l’on se réveil. Le mascara coulé, les cheveux mêlés. De savoir que notre coeur pourra continuer d’être libre et d’aller de l’avant. D’aimer une autre personne, d’une autre réelle façon, une autre fois, jusqu’à ce que l’on soit EN amour, si on accepte que cela arrive.

Certaine personnes votn mélanger cela avec la notion d’avoir un mauvais comportement. Surtout lorsqu’on aime physiquement. Les gens pensent que c’est une question de chiffres, de rencontres, combien de gens as-tu embrassé? Combien de gens se sont glissé en toi? Avec combien de gens as-tu flirté?

Si ce sont les questions qui importe aux gens que vous aimez, tant pis pour eux ! Ce n’est pas à propos d’eux, mais de vous. Vous n’avez besoin de la permission de personne pour ressentir de l’amour. Et ce n’est pas votre travail de leur faire comprendre la différence entre aimer et être amoureux.

Je penses que ce qui compte au final n’a rien à voir avec combien de gens ont dormi sur votre oreiller. Mais combien de gens vous ont fait sourire à votre réveil? Combien d’entre eux vous ont servis un café et couvert vos jambes froides avec une couverture grise? Combien de fois avez-vous demandé à quelqu’un comment il ou elle désire ses œufs le matin?  Combien d’entre eux ont continués de jouer dans vos cheveux après que vous lui avez dit oui, ou même si vous lui avez dit non (sexuellement parlant)? À combien d’entre eux avez-vous envoyé un petit mot pour prendre de leurs nouvelles?

Pour combien d’entre eux vous souvenez-vous du moment exact ou vous avez décidé de donner le GO à votre cœur? Le OK de battre un peu plus fort pour la nuit?

Je me souviens et peux décrire, un à un, détails par détails, ce qui m’a fait tomber pour chaque personne que j’ai décidée d’aimer. Physiquement ou non. Je peux dire si c’était un sourire moqueur, des yeux bruns ténébreux, une expression faciale précise, la première fois que je les ai entendu essayer de rire et parler en même temps ou un simple mot parfaitement placé.

Et par dessus tout; Combien d’entre eux vous ont fait grandir d’une certaine façon?

C’est comme cela que l’on sait que nous n’avons pas totalement eu tort. Peu importe si cela s,est terminé dans une chicane, avec haine et mauvais souvenirs, si cela s’est terminé en amitié  que le temps à éloigné ou si cela est devenu un silence temps plein, l’autre côté de l’océan, dans une tasse de thé, un paysage vert, dans un pays d’europe, sur une île down under, de l’autre côté d’un futur mur ou dans une commune boho entre l’Asie et l’Afrique.

Ce serait de mentir que de dire que cela ne fait pas mal, au début et par moments, tout comme à chaque fois que le coeur est très haut et doit redescendre. Cela rappel souvent l’effet que l’on ressent lorsque notre cerveau roule pleine vitesse et frappe un mur. Les au revoir ne sont jamais facile, même s’il sont impératifs et nécessaires. Accepter que quelqu’un passe à autre chose, ou même, devoir dire à quelqu’un que nous devons passer à autre chose. Ces trucs font mal en chien.

Spécialement lorsqu’on nous essayons de tirer d’une situation, un résultat qui ne devrait pas être.

Cependant, une fois que l’on accepte la théorie, nous commençons à se sentir reconnaissant pour les rencontres que nous faisons, les expériences partagées, les conversations parlée/criée/chantée et parfois les baisers que nous ne retrouverons jamais.

Peu importe si cela avait de l’importance pour l’autre. Peu importe ce que les gens en pense. Peu importe comment cela se termine.

Aimez vos différents âmes sœur de la façon que cela vous semble juste, amicalement, amoureusement ou simplement comme des amants. Puis libérez les. Tout comme vous avez le droit de vous libérer aussi.

 

Extrait 6 / Excerpt 6

fb_img_1481166047152

 

[…]

You in my bed.
Didnt make you a hero
It made you a bug
Caught in my divine web.

I am the praying mantis
Your weak self couldnt resist.
Knowing I’d ripp off your head,
Once done playing with you
You jumped in the silly game
Hoping I’ll never be done.
’cause you love attention
And one day will drown
By Trying to stare
At your hopeless reflection

[…]

Extrait 5/ Excerpt 5

« At last,
When the sun gets out
And she removes her hair
From your naked chest.
Offer her a cup of coffee
As she served your ego
Your self pride
Lying about how good you were,
Saying she never tried that before

At last,
When she says she has to go soon
Offer her a warm cup of coffee
When she ties her hair back into a bun
Cover her shoulders with a blanket.
As she covered you hidden wounds
With kisses and lickings
Without asking you to explain
Without asking you what’s next.

And at last when she is about to leave
Make sure she keeps a warm memory
As she kept your fire burning all night
As she gave you the warmest of herself
Knowing she would end up with the colder of you.

She brewed herself like a nice espresso
For you to drink her body
For you to feel powerful
After a sip from her skin
So skip the instant shit in the morning
She deserves a strong, tasty morning.
Cause you never deserved her at first anyways. »